Portrait #4

||||| 3 Formidable |||||

Nathalie Oundjian, photographe qui rend officiellement les gens beaux + marcheuse dans la nature quand elle a le temps

# Après seulement quelques minutes de délibération tellement ta Rositude saute aux yeux, tu es élue Rose du mois pour le blog des Femmes Formidables. Tu es notre Rose numéro 4 et il n’y a pas photo, on est bien contentes. Et toi ?
Moi, je suis honorée.

# On l’atteste sur ce que l’on a de plus cher, vu que nous les Rose, avons été face à ton objectif, tu es une super-photographe ! Raconte-nous, ça dure depuis quand ce don ? Comment es-tu arrivée dans cet univers?
Je fais de la photo depuis « seulement » 15 ans. Au départ, j’étais maquilleuse artistique, pour la télé et le théâtre. Déjà, j’adorais photographier les plateaux ! Puis j’ai voulu basculer dans ce que j’appelle la vraie vie, au contact des vrais gens, je suis donc devenue commerciale dans une entreprise d’interim. Pendant deux ans, traversant les banlieues lointaines en voiture, j’ai appris à connaitre le milieu de l’industrie ; les personnes qui exercent des métiers pas toujours faciles mais qui le font avec dignité et professionnalisme. Ensuite, le hasard m’a emmenée vers un milieu tout à fait différent, je suis devenue le bras droit d’une directrice d’agence de mannequins parisienne. Parmi mes différentes missions, je m’occupais tout particulièrement des books de ces sublimes jeunes femmes. Nous faisions appel à d’excellents photographes, mais les mannequins avaient toujours du mal à se trouver « vraies » sur les photos. Un jour, j’ai fini par attraper mon appareil photo et organiser des séances un peu improvisées : prises de vues en extérieur, en studio, je m’éclatais et les mannequins étaient absolument ravies du résultat. L’agence a investi dans du matériel photo, les prises de vues se sont accélérées, je me suis aguerrie au fil du temps et hop j’avais trouvé ma voie !

C’est ce qui s’appelle un parcours constructif !

# Quelle personne super-formidable t’a motivée, définitivement portée vers ce métier ?
Deux personnes ont marqué mes débuts :
Une comédienne qui débutait à l’agence à l’époque et qui depuis est devenue une actrice réputée : Alice Taglioni. J’ai réalisé un test pour son book, quand elle a vu les photos, elle m’a dit que pour la première fois de sa vie, elle se trouvait à la fois « elle-même » et à la fois belle ! Elle était scotchée du résultat. Merci Alice !

Et puis, une femme formidable, Line Fortin, à l’époque directrice du bureau de production de chez LSO International, m’a offert l’opportunité d’exercer mon métier dans le milieu des congrès et de l’événementiel.
Un monde fascinant s’est ouvert à moi : j’y ai trouvé beaucoup de contacts et de clients. Aujourd’hui, Line n’est plus, mais elle vit dans mon coeur et je lui dis souvent silencieusement merci.

Par ailleurs, des photographes professionnels, collègues et amis m’ont aussi donné une grande confiance en moi. Quand un pro vous dit : vas-y fonce ! Et bien ça donne envie de s’envoler !

Merci alors à ces deux femmes formidables de nous avoir « livré » Nathalie!

# Quelles sont les situations que tu préfères dans ton métier ?
Plus que tout, j’aime valoriser les gens, les montrer sous leur meilleur jour. Un vrai moment de bonheur par exemple : mon plateau est tout prêt pour recevoir un grand patron d’entreprise, il se fait un peu attendre, alors dans l’intervalle je propose aux assistant(e)s, secrétaires, tout ce petit monde qui navigue autour du big boss, de venir se faire photographier. En quelques shoot, je les loge à la même enseigne que la direction ; ils rentrent chez eux avec des photos de star !

Et puis, il y les fins de séances où je vois repartir des personnes qui à la base ne s’aiment pas tellement, les épaules droites, la tête haute, heureux de comprendre qu’ils sont (aussi) beaux, et que tout est une question de regard. Là, je me sens utile.

# Quel a été ton pire moment de photographe, dans la catégorie « immense moment de solitude »?
Un souvenir drôle et pénible à la fois. Au début de ma carrière, j’ai réalisé des photos pour un mariage ou deux, pour rendre service et m’exercer. Tout est prêt, je suis au garde à vous pour sublimer ce moment unique… et la mariée arrive, totalement alcoolisée. Déchirée quoi ! Elle est donc hilare, raconte n’importe quoi, saute partout dans sa robe qui la fait ressembler à une montagne de crème chantilly et je me dis, impossible que le maire puisse faire son discours face à pareil spectacle !

Nonnnnnnnnnnn… et alors et alors ?
Et alors le mariage s’est fait, j’ai tenté de limiter les dégâts… et j’ai arrêté pour toujours les photos de mariage !!!

Décision judicieuse. En même temps les mariées bourrées, ça n’arrive pas tous les jours !

# Comme ton métier est de rendre les gens beaux, dis-nous la vérité, est-ce que des fois les gens moches restent vraiment moches, même sous ton regard indulgent ? Balance les noms, stp, on adore ça !
Etonnamment, c’est l’inverse qui peut se produire : des gens arrivent, persuadés de leur « beauté » mais à l’intérieur, ils sont creux. Je perçois ce vide avec mon objectif, et leur beauté extérieure, surfaite, s’en ressent sur la photo.

Conclusion : si on veut connaitre la vérité sur nous, on prend un rendez-vous avec toi !

# Quel est aujourd’hui ton plus formidable souvenir de photographe ?
J’étais chez mon client Grand Optical, ma mission était de photographier leurs clients, cela pouvait aller jusqu’à 100 personnes par jour.
Un monsieur vient s’asseoir en face de moi, il s’appelle Emile, il a 93 ans, je trouve qu’il a l’air beaucoup plus jeune, il ressemble à un seigneur qui a l’air d’avoir eu une vie magnifique alors je lui demande quel est le secret de cette jeunesse et de sa beauté pure. Une larme coule sur sa joue et il me répond que son secret, c’est son grand amour de toute une vie et qu’elle est décédée depuis 1 an. Ce monsieur avait tout dit.

Tu te rends compte que tu nous fais pleurer aussi, hein c’est malin ! Par chance, on n’a pas eu le temps de poser du mascara ce matin !

# Si tu n’avais pas choisi la voie de la photo, tu aurais fait quoi?
Je pense que j’aurais fait une bonne assistante sociale.
Mais sans doute que j’aurais été peintre.

Assistante sociale, peintre et photographe, les ponts sont visibles en filigrane !

# Etre une Rose c’est d’abord être une Femme Formidable. Que trouves-tu de plus formidable en toi?
Ma sensibilité.

# Quelles sont tes astuces pour te détendre après une journée bien compacte ? méditation ? yoga ? vodka ? un bain moussant parfum caramel ?
Une marche au grand air et ensuite un verre de bon vin.

On te propose l’inverse, tu verras, c’est super rigolo !

# Maintenant, tu as un chapeau magique et tu peux faire un souhait pour toi-même !
Je me souhaite de continuer ma route, ce travail que j’adore, les rencontres, les découvertes qui en découlent ; je me souhaite de garder ma fraicheur de regard.

Saint souhait. Comment ça, ça fait bizarre ces deux mots ensemble !

# Une envie formidable là tout de suite ? A part celle de raccrocher et d’aller photographier les gens pour les rendre heureux ?
Une balade avec mon homme le long d’une mer déchainée suivie d’un énorme plateau de fruit mer accompagné d’un Meursault.

Et bien, il y en a qui savent vivre par ici !

Merci Nathalie tu es une Rose formidable.
http://www.nathalie-oundjian.com